AddRetour au portfolio

À proposAdd

Un Mani autour du monde

Nouvelle-Orléans, je reviendrai

Nouvelle-Orléans, USA - 18 septembre

Finalement pas de « Rebirth Brass Band » mardi soir. Je m’intègre à un petit groupe dans la cour de l’auberge, ils ont prévu de sortir plus tard. Pourquoi pas, j’ai un peu de temps de toute façon. On fait rapidement connaissance. Nous avons ici deux Australiens, deux Danois, un Autrichien, un Allemand, une Anglaise et une Chinoise. On papote, j’ai parfois un peu de mal à suivre tout de même.

Certains vont chercher à manger, je lis donc un peu en attendant. Lorsqu’ils reviennent à l’auberge tout le monde décide de rester ici ce soir. Tant pis pour le « Rebirth », j’irai demain soir dans le Vieux carré français pour découvrir Bourbon Street de nuit.

IMG_2264-2

Un Canadien sort son violon et, avec l’Autrichien, décide de faire un petit « jam » dans le salon. C’est très sympa. On se pose sur les canapés et on les écoute jouer. Je croise également un couple de français qui est là juste pour la nuit. Ils ont passé une ou deux semaines, je ne sais plus exactement, plus dans les terres dans une communauté où réside encore quelques personnes parlant français. Ils étaient là-bas dans le cadre d’un « workaway ». Cela consiste à rejoindre une communauté dans le monde et d’y travailler en échange d’un logement.

IMG_2266-2

Tout le monde va ensuite se coucher petit à petit. J’ai presque fini mon deuxième livre. J’en ai pris 6 en tout, je vais vite me retrouver à court de lecture à ce rythme là.

Mercredi matin, réveil assez tôt, mais une nuit plus normale que la précédente. J’ai décidé aujourd’hui de me rendre dans le parc d’Audubon, plus à l’ouest de l’auberge (le Vieux carré se trouvant à l’est) et de m’y poser un peu. Je prends donc le « streetcar » pour m’y rendre.

IMG_2282-2

Le parc est très grand, à la façon des parcs américains. Pas mal de joggers et cyclistes. Les canards pullulent, côtoyant les cygnes et autres hérons. Il y a également un golf en plein milieu.

IMG_2273-2

Je me rends au bord du Mississippi. La vue n’est franchement pas grandiose, mais il y a un peu d’herbe et je me pose pour lire mon bouquin. Après une petite heure, je commence à avoir faim et je décide de reprendre le tramway jusqu’à un petit quartier où, semble-t-il, je peux trouver de quoi manger. Je repasse donc par le parc.

IMG_2276-2

IMG_2277-2

J’y arrive, trouve une rue avec des restaurants et boutiques. Je passe devant un bâtiment qui attire mon regard, tout bleu avec un nom exotique : le « Mellow Mushroom ».

IMG_2295-2

Je rentre et demande un menu pour voir les prix. C’est abordable et m’assoie donc à une table. L’intérieur fait un peu « American Diner ». Je mange bien et profite de la clim pour récupérer un peu.

IMG_2291-2

Après le repas retour sur mes pas. Je prends à nouveau le tram et me rends dans le « Garden Distric », là où le gars de la réception m’avait dit que je pouvais trouver des jolies maisons et le cimetière Lafayette. On verra pour le cimetière, c’est pas franchement mon truc de me balader au milieu des morts.

IMG_2296-2

IMG_2300-2

Effectivement les maisons sont plutôt jolies. Dans un style colonial. Certaines sont bien entretenues, avec Porsche garée devant le garage, et d’autres sont franchement délabrées.

IMG_2301-2

Petit passage au cimetière tout de même. Il est tout petit. Que des caveaux énormes. Il y a un même un guide mais c’est 5$. Non, merci. Un petit tour et puis s’en va. Juste à côté, en sortant, je trouve une petite galerie d’un photographe. Je rentre. Il m’accueille, me demande d’où je viens. Ah oui je suis déjà venu en France, me dit-il. Très bien, très bien. Je regarde un peu les photos, toutes en noir et blanc. Certaines sont très sympa, d’autre franchement pas top. Quelques unes ont été prise juste après Katrina, ça fait un peu froid dans le dos. Ok, merci, au-revoir (avec l’accent pour lui).

IMG_2304-2

Je ne suis pas très loin de l’auberge et décide de rentrer à pieds. Je passe devant ce qui me semble être une boîte aux lettres au premier abord. Celle-ci est toute colorée, très joliment décorée. Mais en fait il s’agit d’une mini-bibliothèque. Déposez un livre pour en prendre un. Dommage je n’ai pas ceux que j’ai terminé sur moi.

IMG_2305-2

IMG_2309-2

Retour à l’auberge après m’être arrêté pour acheter une bouteille très fraiche de jus de pomme. Presque tous les supermarchés ont des rayons de frigo avec tous les types de soda. Pourquoi on a pas ça en France, c’est franchement pratique. Certains supermarchés en France le font à côté des caisses, mais jamais à ce niveau là et avec tout ce choix.

Je décide de me poser cette après-midi. Je lis et regarde une série.

Ce soir je décide de me rendre au Preservation Hall en plein quartier français. C’est le couple de français de la veille qui m’a donné l’idée. Il paraît qu’il faut absolument y passer si on vient à la Nouvelle-Orléans. On y écoute du jazz dans une ambiance très cosy. L’entrée est payante mais apparemment ça vaut vraiment le coup. Je me renseigne donc un peu sur le net. Ça me tente, la décision est prise.

Après un léger repas de nouilles pas cher, je pars en direction du centre. Je passe devant un street art de Banksy (dont j’avais oublié de mentionner l’existence dans le précédent article) ou tout du moins lui ressemblant énormément. Et puisque celui-ci est protégé par une vitre en plexiglas je pense que c’est un original.

Passage à nouveau dans le quartier des affaires. De nuit c’est autre chose.

IMG_2311-2

IMG_2314-2

Je traverse Canal Street (Canaaaaaaaaaal Street, private joke)

IMG_2319-2

Et je me retrouve enfin dans Bourbon Street.

IMG_2322-2

La rue n’est pas bondée comme on peut le voir sur les photos des guides touristiques. Il y a quand même pas mal de monde. Et il est encore tôt. Je remonte donc la rue. Tous les bars, ou presque, ont leur groupe. Le volume de leur musique essayant de rivaliser avec celui d’en face. C’est vivant, je suis tout content. Seul bémol, l’odeur. Parfois franchement difficile à supporter. Mélange d’alcool et de poubelles qui seraient restés trop longtemps au soleil. Odeur vraiment typique des États-Unis, je crois que je n’ai jamais senti ça, ou rarement, en France. Mais à part ça c’est quand même quelque chose Bourbon Street la nuit.

J’arrive au Preservation Hall une demi-heure en avance comme il nous le recommande sur leur site internet. J’aurai de la place c’est sûr. On peut entendre le groupe jouer à l’intérieur pour le public de la plage horaire précédente. Ça donne envie, je sens que ça va me plaire.

Je rentre, le prix est de 15$. Je m’assoie au premier rang, sur des coussins fixés au sol, comme ça je pourrai faire de jolies photos. La salle est effectivement toute petite, pas de bar ou resto, tout en bois, les murs tombent un peu en lambeaux. Mais ça fait vraiment authentique. Un jeune homme nous annonce que le groupe va arriver. Il annonce : pas de photo, pas de vidéo, pas d’enregistrement. Oooooh mince, je suis un peu triste. Mais tant pis, comme je l’avais lu dans l’après-midi ici on vient pour la musique et seulement pour la musique.

Après une petite intro du pianiste le groupe se met en place. Je suis vraiment aux premières loges, le saxo du musicien devant m’arrive directement dans l’oreille. Le « Jazz Band » qui se produit accueille, chaque soir, un musicien connu différent. Je n’arrive pas à retrouver son nom pour l’instant, mais par contre j’ai retenu son âge, 83 ans s’il vous plait.

C’est génial. Ils enchainent les morceaux, faisant même monter sur scène un jeune étudiant de musique que le batteur forme cette année. Il s’en sort très bien, c’est impressionnant.

Quelque morceaux plus tard on a le droit à un petit blues. Et puis le jeune homme revient sur scène. Quoi c’est déjà fini ?? Mince j’ai pas vu le temps passer. C’était extra. Je le recommande à tout ceux qui passe par la Nouvelle-Orléans.

Je ressors dans Bourbon Street, remonte la rue et décide de rentrer à l’auberge. Mes yeux me piquent, j’ai besoin de sommeil.

Au final une très bonne expérience « in New Orleans ». J’y reviendrai, c’est sûr, mais cette fois je pense que ça sera accompagné, histoire de profiter des bars et de tous les concerts disponibles.

J’écris cet article à l’aéroport, jeudi 17 septembre. Ce soir je serai à San Francisco, où je suis hébergé chez François, un ami d’enfance. Une autre ville, une autre expérience.

Sur ce, à bientôt !

PS : petite frayeur au départ de la Nouvelle-Orléans. Juste au moment où je finis d’écrire cet article à l’aéroport, je regarde l’heure et me demande pourquoi je n’ai pas encore embarqué. L’avion est censé partir dans 10 minutes. Je regarde à nouveau mon billet. Oh merde quel abruti, je suis pas à la bonne porte ! Vite, vite je fais 50 mètres, la porte n’est pas fermée. Je suis le dernier à embarquer, l’avion pars deux minutes plus tard. Gros OUF ! C’était vraiment moins une.

2 commentaires pour “Nouvelle-Orléans, je reviendrai”

  • Il y a vraiment partout de Canaaaaaaaal Street….

    Ah oui et aussi, c’est vrai les portes d’embarquement aux aéroports américains pour les vols intérieurs changent tout le temps. C’est bon savoir !

  • Ça donne envie il faudra qu’on s’y prévoit un week-end prolongé nous aussi! Dis donc c’est pas passé loin pour l’avion!
    Si tu avais échangé un livre, celui que tu aurais pris aurait été en anglais! Tu l’aurais lu?

    Signé L’adjoint aux autorités compétentes

Commenter